Rouler en hiver : entraînements et sources de motivation

rouler en hiver : entraînement et motivation

Le cyclisme fait parti de ces activités en extérieur où la nature est une source d’émerveillement et de motivation. Mais elle peut aussi parfois être un frein lorsqu’il fait froid et sombre. Cependant, rouler en hiver est bénéfique car c’est dès à présent que vous posez les fondations de votre entraînement pour cette saison et que vous vous préparez afin d’être fin prêt pour vos objectifs cyclosportifs de l’année.

Le principal est avant tout d’adapter vos sorties vélo à vos envies, à votre condition physique et de trouver votre propre source de motivation. Le cyclisme compte autant de pratiques que de pratiquants.

Afin de partager nos entraînements cyclistes hivernaux et nos sources de motivation pour repartir de plus belle, voici différents retours d’expérience. Nous avons interrogé trois cyclistes féminines à l’occasion de la journée internationale du sport féminin ce 24 janvier. Découvrez leurs portraits, en quoi consiste leurs entraînements cet hiver et leurs objectifs cyclistes cette année.

Portraits de cyclistes

rouler en hiver : entrainement et motivation

Claire

Quand on me demande pourquoi je roule quotidiennement, je réponds toujours par une boutade “on se lave bien les dents tous les jours, non ?”

C’est une cycliste depuis très longtemps… voire depuis toujours et avec un passé de compétitrice. Claire a intégré dans son quotidien le vélo qui est sa passion. Quelques sorties en gravel, mais ce sont surtout beaucoup de kilomètres parcourus en route tout au long de l’année. Pédaler c’est tous les jours, en intégrant en plus 3 sorties plus longues par semaine. Vous l’aurez compris, Claire fait partie de ces mordus de vélo qui roulent beaucoup (29 631km en 2017 !). Des sorties avant tout pour le plaisir de rouler et d’être dans la nature sans objectif de compétition. Ainsi, pas de coupure hivernale pour la Savoyarde, le cyclisme fait naturellement partie de ses journées.

Marion 

Vous connaissez peut être Marion grâce à son compte instagram (@marion.vlt) où elle partage sa passion et inspire bon nombre de cyclistes à rouler. Depuis 2 ans, ce sont plusieurs sorties hebdomadaires sur route (entre 1 et 5 selon la saison) qui sont au programme de ses entraînements pour un total de 5600km en 2017. Depuis cet hiver, Marion pratique aussi la course à pied, qui est plus facile à intégrer lorsque la luminosité est faible.

Sandrine 

Passée par l’école de ski de Grenoble, où dans la région tout le monde pratique différents sports tout au long de l’année, Sandrine est touche à tout. C’est après beaucoup de course à pied et de blessures au genou qu’elle se met vraiment au cyclisme sur route. Sans délaisser par moments VTT, fixie et même vélo voyage sur l’EuroVélo16 (2611km entre Nantes et Budapest en 27 jours, une expérience exceptionnelle !). En 2017, ses entraînements se partageaient entre course à pied (on ne se refait pas quand on aime ça !) et route avec 3700km effectués. Des sorties à vélo rythmées principalement par la météo et des sorties en groupe. Les rencontres y sont pour beaucoup dans sa pratique.


Trouver la motivation hivernale pour s’entraîner

Très souvent, votre motivation provient de ce que le vélo vous apporte à titre personnel.

Lorsque l’on aime découvrir de nouvelles routes et des paysages sublimes cela donne un sens à sa pratique. C’est tout simplement redécouvrir ses propres routes déjà connues et prêter attention à ce qui nous entoure. C’est aussi lorsque l’on peut découvrir de nouveaux endroits un peu plus loin. Sandrine avoue avoir eu une révélation pour les magnifiques routes autour d’Embrun. La nature fait partie intégrante de notre sport, c’est notre terrain de jeu, profitez-en.

Pour peu que l’on ouvre les yeux (sans regarder son compteur !), on a le privilège d’observer la nature au plus près.

La motivation de pratiquer le cyclisme pour ses bienfaits physiques. C’est un sport d’endurance, pas toujours facile, mais qui permet d’avoir une bonne condition physique. On se sent souvent bien au retour d’une sortie. Le cyclisme étant également moins traumatisant, cela permet de le coupler à un autre sport (comme le running ou le trail) afin de trouver le bon équilibre selon ses besoins.

Enfin, ce qui revient souvent et probablement comme dans beaucoup de sports, c’est l’aspect social de pratiquer à plusieurs. Lorsque l’on vous attend un dimanche matin pluvieux, impossible de faire faux bond à la personne ! C’est aussi motivant de partir pour une longue sortie où vous savez que vous allez discuter avec des amis. Cela change complètement la donne ! Et le vélo permet de faire de belles rencontres.


S’entraîner sur route mais pas que

Je n’ai pas besoin d’objectif concret pour aller pédaler. Le shoot d’endorphines que procure une sortie me suffit.

Avoir un plan d’entraînement n’est pas obligatoire. Organiser ses entraînements selon ses envies, les conditions météorologiques ou des sorties en groupe prévues c’est très bien aussi. Cela ne veut pas dire que vous faîtes moins de kilomètres ou que vous vous impliquez moins. Il faut aussi garder la notion de plaisir lorsque l’on s’entraîne, c’est essentiel. Et force est de constater que parfois nous sommes dépendants de l’hiver et de ses conditions météorologiques ceci abaissant notre motivation certains jours.

Je suis la fonte des neiges : plus elle fond, plus je grimpe !

Diversifier les pratiques sportives l’hiver. Cela permet de renforcer d’autres muscles du corps, d’avoir une fraicheur mentale et de trouver un équilibre physiologique. Sandrine fait du skating et du snowboard, Marion de la course à pied en complément pour préparer la saison. C’est l’occasion de re-mobiliser le corps après une coupure hivernale même si toutes n’observent pas quelques jours de repos en hiver. Ensuite vient souvent le temps du ‘foncier’ où l’on effectue de nombreux kilomètres comme base d’endurance, le but étant de tourner les jambes et d’habituer le corps à l’effort avant de travailler le rythme avec des exercices plus spécifiques.


Des objectifs cyclistes mais aussi des aventures à vélo

Nous sommes les premiers à penser que se fixer un objectif est source motivation. Cela vous donnera l’envie d’aller engranger des kilomètres. Fixez-vous des objectifs ambitieux, adaptés à votre niveau et qui vous motivent.

Et pour ce qui est d’objectifs cyclosportifs en 2018, les filles en ont avec des cyclosportives en prévision pour Sandrine, et des épreuves de running & route pour Marion avec en point de mire le Polar Cannes International Triathlon en avril.

J’ai une idée un peu folle : réaliser le tour d’Afrique !!

Un objectif sportif peut aussi être synonyme d’aventure ! L’une de nos devises chez Pédaleur étant de vivre chaque sortie à vélo comme une aventure, on partage bien cet avis. Claire a pour but de rejoindre Monaco depuis son village savoyard en passant par les grands cols des Alpes. Une escapade qui s’annonce magique ! Tout ça en alliant son autre passion pour le dessin (un carnet à remplir au fil des sorties, ça nous plait bien). Enfin Sandrine, préparera très prochainement un défi un peu fou qu’elle s’est fixée : faire le Tour d’Afrique début 2019. Il s’agit de traverser le continent du Caire au Cap, soit 12 000km en 4 mois dès janvier. Un défi d’ampleur tant pour l’aspect sportif que pour l’organisation (n’hésitez pas à la contacter pour l’aider en la sponsorisant !).

Voici quelques pistes de motivation pour rouler cet hiver. Merci à Claire, Marion et Sandrine pour leurs retours d’expérience.

Soyez inspiré pour démarrer une nouvelle saison sportive. En cas de panne de motivation, abonnez-vous à la box Pédaleur, on vous remet en selle tous les deux mois 😉

Tags: , , ,