fbpx
Posted in À la Une Conseils entraînement

Participer à son 1er triathlon : comment ça se passe ?

Participer à son 1er triathlon : comment ça se passe ? Posted on 30 mars 2020

Le triathlon est en plein essor et vous êtes nombreux, vous cyclistes, à vouloir vous essayer à cette discipline qui fait autant peur que rêver. Mais comment ça se passe concrètement ? Quelles sont les différences avec une cyclosportive ? Que faut-il savoir avant de s’inscrire et participer à son premier triathlon ? Quid des transitions et du matériel à avoir ? Nous avons posé toutes nos questions à Julien, lui-même triathlète et qui partage sa passion sur son blog Sport Au Carré. Voici ses conseils et son retour d’expérience pour vous qui souhaitez débuter le triathlon et participer à votre première course. Vous êtes prêts ? C’est parti, prenez notre roue… enfin non c’est une blague, drafting interdit ! 🙂

Julien, peux-tu nous en dire plus sur toi et ta pratique sportive ?

Je m’appelle donc Julien et j’ai 31 ans. Depuis petit, j’ai toujours pratiqué différents sports et en 2008 je me suis mis à la course à pied. J’ai commencé à participer à quelques courses et j’ai vite pris goût à la compétition. Un peu après en 2014, je me suis mis au triathlon. C’était à ce moment là pour moi un moyen de varier ma pratique par rapport à la course à pied. J’ai débuté les courses sur des formats courts (Sprint) et puis au fur et à mesure j’ai augmenté la distance pour participer à un HALF-IRONMAN en 2017 et même à l’IRONMAN de Zurich en juillet 2019.
Avec ma pratique, je me suis rendu compte que beaucoup n’osaient pas se lancer dans le triathlon notamment par peur, (notamment la peur d’une discipline, effort perçu comme trop extrême ou milieu très masculin qiu peut freiner le public féminin). L’autre constat était qu’il était difficile de trouver des tenues performantes, stylées et adaptées autant aux femmes qu’aux hommes.

C’est comme ça que j’ai lancé en juin 2019 JUJE, une marque de triathlon et de tri-fonctions qui allie modernité, performance et design. Pour résumer chez JUJE, nous prônons l’égalité et encourageons tout le monde à se mettre au triathlon. Nous ne démarquons pas la triathlète de son homologue, le sportif débutant du confirmé, nous sommes tous athlètes et nous avançons tous vers le même but : le dépassement de soi.

Comment choisir à quel triathlon s’inscrire et sur quel format ?

Comme souvent dans le sport, il n’y a pas un site unique regroupant toutes les épreuves auxquelles n’importe quel sportif peut s’inscrire. Le site de la fédération recense les épreuves fédérales mais qui ne sont pas ouvertes à tous. Le plus simple est d’être curieux et de se renseigner par soi même et dans votre entourage sportif. Dans un premier temps, regardez autour de chez vous les épreuves organisées dans votre département, votre région. Ce sont des courses plus petites qu’un Ironman bien sûr mais qui peuvent être parfaites pour débuter.
Ensuite, pour rêver bien sûr, il y a le label IRONMAN qui regroupe leurs différentes courses dans le monde !
Pour ce qui est du format, fiez-vous à votre niveau dans chacune des trois disciplines (natation, vélo et course à pied). Si vous êtes déjà adeptes des cyclosportives et compétitions vous pouvez tenter le format olympique mais sinon privilégiez les formats XS et S pour démarrer. Commencez doucement pour vous faire plaisir et ne pas vous dégoûter.

Se lancer dans le triathlon
Crédit photo : vousavezcarteblanche.com – Olivier 

Faut-il être licencié pour prendre le départ d’un triathlon ?

Oui ! Une licence de triathlon est obligatoire pour prendre le départ d’une course. Si vous ne faites pas partie d’un club et n’êtes pas licenciés à l’année, pas d’inquiétude, la fédération propose des licences au minimum à la journée. Comptez environ 30€ pour un Pass journée. Ce fonctionnement est le même, que vous participiez à une course en France ou à l’étranger.
Pour demander une licence à la journée, souvent c’est très simple, la demande est faite directement lors de l’inscription sur le site de la course. En bref, c’est presque comme une inscription classique à une course 😉

On dit souvent que le triathlon coûte cher, quel est le budget moyen d’un dossard ?

Cela varie selon les courses (organisation associative ou label commercial) et selon le format que vous choisissez. Plus le format est long, plus le dossard est cher. Aussi, plus vous vous inscrivez en avance, plus vous pouvez bénéficier de tarifs réduits (comme pour les cyclos et courses en running).
Les tarifs restent accessibles sur des formats courts et dans le cas d’un triathlon L, comptez entre 70 et 80€. Ce tarif peut vite monter jusqu’à 150-170€ pour un HALF-IRONMAN et même 500-700€ pour un IRONMAN ! Un sacré budget pas accessible à tous. D’ailleurs l’un des premiers freins dans le triathlon (avec la peur de la natation) est le coût des équipements et des courses.

Est justement dans le prix du dossa

C’est similaire à ce qui est inclus au départ d’une cyclosportive. Il y a en plus du dossard, le chronométrage, un sac coureur au départ avec des produits de partenaires, une médaille ou un reward de finisher, les ravitaillements en course, et toute la partie organisation / sécurisation qui est importante en triathlon (sécurisation du parcours mais aussi des zones de transition où le matériel est laissé).

Côté réglementation, que faut-il savoir quand on est néophyte ?

Il y a pas mal de règles à avoir en tête quand on participe à son premier triathlon. De manière générale, il y a une certaine tolérance par les petites organisations, mais gardez en tête que les juges peuvent venir vous rappeler à l’ordre voire vous appliquer des pénalités en cas de non respect.

  • En natation, l’équipement peut varier selon la température de l’eau. Si l’eau est trop froide, une combinaison néoprène peut être obligatoire et à l’inverse si l’eau est jugée trop chaude, la combinaison interdite pour votre propre sécurité.
  • En vélo pas de drafting ! À l’inverse des courses de vélo, vous ne pouvez pas rester dans la roue du triathlète devant vous (ce point peut varier sur certains triathlons)
  • En course à pied, lorsque vous passez la ligne d’arrivée, la fermeture de votre tri-fonction doit être impérativement remontée !
  • Lors des transitions, vous devez respecter les lignes matérialisées pour monter puis descendre de votre vélo et porter obligatoirement votre casque.
Participer à un triathlon
Crédit photo : vousavezcarteblanche.com – Olivier 

Peut-on avoir une assistance durant la course ?

Le plus souvent, aucune assistance n’est autorisée. Ainsi, pas d’aide pour vous changer, ni en cas de crevaison, ni pour vous ravitailler. Le triathlon c’est l’un des rares sports où vous courez en même temps que les professionnels de la discipline sur les grosses épreuves connues. L’assistance étant interdite pour les pros, les règles sont les mêmes pour les amateurs.

As-tu une checklist du matériel à avoir et ne pas oublier pour la course ?

  • Natation : votre tri-fonction (ou maillot de bain), votre combinaison néoprène, vos lunettes de natation, une crème anti-friction, une serviette et un sac pour envelopper votre combinaison après l’épreuve (le bonnet est généralement fourni par l’organisation)
  • Vélo : votre vélo bien sûr, mais aussi votre casque, vos chaussures de vélo, une tenue si vous n’avez pas de tri-fonction, vos lunettes, un kit de réparation (pompe, bombe anti-crevaison, etc) et vos bidons remplis ainsi que du ravitaillement
  • Course à pied : vos baskets, votre casquette, ravitaillement

Et dans votre sac, pensez également à ne pas oublier votre licence et les documents pour le retrait de votre dossard, votre montre, de quoi vous ravitailler avant et après la course, des vêtements de rechange et une trousse de pharmacie au cas où.

Louer une combinaison, c’est possible ?

Acheter une combinaison néoprène c’est un budget (comptez environ 400€) et il est possible d’en louer une pour débuter. Vous pouvez passer par des boutiques spécialisées qui vous permettent de l’essayer en amont du week-end de course ou éventuellement d’en réserver une auprès des partenaires présents sur place lors de la course. Si besoin, vous pouvez également louer un vélo.

De manière générale, n’achetez pas du matériel cher et haut de gamme quand vous vous lancez. Commencez avec des équipements de base. Côté performance, c’est bien votre condition qui fera la différence au début et non le matériel.

Démarrer le triathlon
Crédit photo : vousavezcarteblanche.com – Olivier 

Départ de la course : ce qu’il faut savoir et les bons gestes à adopter

Sur la majorité des triathlons, tous les participants partent en même temps. Ça peut d’ailleurs être très perturbant, voire faire peur, de sauter dans l’eau avec autant de monde autour de vous. C’est même un peu la folie le début de la natation : vous vous prenez des coups, il ne faut pas paniquer. Un bon conseil pour commencer, partez derrière. La natation ne changera pas la donne sur votre course et ce serait dommage d’avoir une mauvaise expérience dès le début. Vous aurez largement le temps de remonter sur les parties vélo et course à pied.

Pour les grosses courses, il y a en revanche des SAS de départ. Après le SAS pour les professionnels, vous partez dans le SAS correspondant à votre temps estimé en natation et sur une base de rolling-start, 8 athlètes partent toutes les 8 secondes par exemple.

Les transitions, comment les aborder au début puis progresser ?

Préparez vos transitions à l’avance !! En amont de la course, préparez vos affaires par discipline, vérifiez que vous avez bien pensé à tout votre équipement. Aussi, visualiser les transitions permet de mieux les appréhender et de ne rien oublier. En un mot, préparez vos affaires et lors de la transition, prenez votre temps. Une minute de plus ne changera pas votre course, par contre si vous partez en ayant oublié quelque chose, là ce sera un problème.

Quand vous commencez à être plus à l’aise, vous pouvez essayer de gagner un peu de temps sur vos transitions. Par exemple, entraînez-vous à enlever puis remettre votre combinaison néoprène. Vous pouvez aussi clipser vos chaussures de vélo directement sur les pédales, mais là aussi entraînez-vous. Pas facile de devoir les mettre sur le vélo si vous ne l’avez jamais fait. Enfin en running, vous pouvez opter pour des lacets spéciaux à tirer (qui évitent de devoir faire des boucles).

Un conseil pour les cyclistes qui voudraient se mettre au triathlon ?

Ne pas avoir peur. Je comprends que ça puisse faire peur, mais ce n’est pas rationnel. La discipline est vraiment cool, et la peur s’estompe au moment où on se lance. Au début je n’aimais pas aller nager, mais maintenant je prends du plaisir à aller à la piscine. Il ne faut pas s’arrêter au premier abord et persévérer.

Et puis le triathlon est accessible avec ses petits formats, notamment Sprint qui permet de découvrir la discipline. Commencez par des formats courts sur des épreuves plus petites et proches de chez vous. N’allez pas de suite vous inscrire à un IRONMAN pour ne pas vous dégoûter.

Un grand merci à Julien pour ses conseils précieux. Si vous voulez en savoir plus sur sa nouvelle marque JUJE et sur son blog, foncez !


Si vous avez aimé cet article, découvrez également notre article pour bien démarrer le triathlon lorsque l’on est cycliste.

Et retrouvez notre box PÉDALEUR pour les cyclistes, qui permet de découvrir tous les deux mois de nouveaux produits pour rouler.